· 

"La Vie après la Vie" ou la continuité vibratoire du vivant

« La Vie après la Vie » est le titre d’un ouvrage de Raymond A. Moody paru en 1975 sur les expériences de mort imminente (EMI ou NDE "near death experience"). Depuis ce phénomène, au départ confidentiel, s’est répandu largement auprès du grand public et qui y voit là peut-être une preuve de l’Au-delà. De tout temps l’homme a cherché à croire en une vie après la mort, à la continuité de ce qu’il était, à l’existence d’une « âme ». Toutes les religions sont bâties sur se principe d’éternité, parfois même sous forme de réincarnation comme chez les Hindouistes. Aujourd’hui les thérapies « quantiques » poussent comme dans des champignons dans cette forêt New Age, où se bousculent les charlatans et les crédules comme les initiés prudents, déroulant le tapis rouge d’une « existence » après la mort du corps physique.

La conscience est-elle une « âme » ? Qu’est ce que la conscience ?

On parle de champ de conscience, de perceptions, d’intuitions, de ressentis, de clairvoyance, de médiumnité. On parle aussi « d’état modifié » de conscience, celui que l’on obtient  par la méditation, l’hypnose, la transe chamanique ou la prise de psychotropes comme le célèbre Ayahuasca des tribus amérindiennes d'Amazonie. Dans les états modifiés de conscience, on trouve les EMI (NDE), les sorties corporelle SHC (sortie hors du corps ou OBE "out of body") dites aussi sortie Astrale en rapport avec le champ « astral » celui lié à l’activité mentale psychologique du cerveau.

Les sciences nous ont montré que l’ensemble de l’Univers comme des êtres vivants sont énergétiques. La matière est un condensé d’énergie, c’est la densification de l’énergie. Les liens atomiques des particules créés cette matière palpable et visible. Mais derrière ce visible il y a un invisible. Un peu comme si derrière la matière visible se cachait dans l’infiniment petit un autre univers sans limite à l’image de celui de l’infiniment grand qui surplombe nos têtes. Les découvertes des ondes gravitationnelles ont montré que cette matière pouvait se rendre invisible avec une courbure de l’espace temps, les « trous noirs » étant l’exemple le plus connu (il y en a 12 connus dans notre Galaxie).

Dans les EMI, les études scientifiques médicales ont montré dont celle de Pin Van Lommel en 2001 que suite à un arrêt cardiaque que 82% n’ont aucun souvenir de leur période d’inconscience, 18% ont cependant rapporté une NDE avec les éléments « classiques ». Une étude plus récente du Dr Parnia en 2014 montre que 9% disent avoir eu des « sensations » comparable à une NDE, 46% ont évoqué des souvenirs précis mais sans rapport avec une NDE et 2% ont pu décrire avec précision l’arrêt cardiaque et la réanimation. (1) (2)

 

"Lors d’un arrêt cardiaque, le cerveau n’est plus irrigué et oxygénée comme le reste des organes du corps."


La mort clinique correspond à plusieurs critères légaux et qui doivent être simultanément constatés : l'absence totale de conscience et d'activité motrice spontanée, l'abolition de tous les réflexes du tronc cérébral et l'absence totale de ventilation spontanée. La mort cérébrale est définie lorsque le cerveau n’a plus d’activité électrique (EEG) et une angiographie (plus de circulation sanguine).

Lors d’un arrêt cardiaque, le cerveau n’est plus irrigué et oxygénée comme le reste des organes du corps. Il se passe une trentaine de seconde avant la « mort cérébrale ». Ceci est du au fait que : « Quand l’environnement devient anoxique, après la mort, le dioxyde de carbone produit par la respiration cellulaire n’est plus évacué. Le milieu cellulaire s’acidifie sous l’effet de la production d’acide lactique. Cela provoque la rupture des membranes intracellulaires. Les enzymes de dégradation se répandent et cannibalisent l’intérieur de la cellule par autolyse, soit l’autodigestion de ses constituants ». (3)

Les études des EMP ont montré que les expériences vécues que ce soit lors d’opérations sous anesthésies ou d’arrêt cardiaque pouvaient commencer dans la phase d’endormissement ou de perte de connaissance. Il n’y a pas d’EMP lorsque le cerveau est en mort cérébrale. Les EMP n’ont lieu, au maximum, que sur l’intervalle de trente secondes avant cette « mort » et ce dans la phase de réanimation et de relance cardiaque.

Le Dr Charbonier célèbre pour ses ateliers de TCH (trans communication hypnotique) convaincu d’une vie après la mort, a proposé le concept de « conscience intuitive extraneuronale » (CIE) à l’opposé de « conscience analytique cérébrale » (CAC) pour expliquer le concept d’une continuité après la mort physique et que cette conscience que l’on peut nommer « âme » n’est pas liée au cerveau mais dans un plan supérieur externe (plan spirituel) le corps n’étant que l’hôte temporel de cette âme. On retrouve ce concept dans toutes les religions, dans les thérapies Quantiques, le chamanisme. Les « expérienceurs » qui participent aux ateliers de TCH attestent pour certains d’un soulagement vis-à-vis de la mort et de leurs défunts dont ils réussissent à pacifier leur propre souffrance et leur peur de mourir. (4)

L’expérience fait-elle la réalité ?

Il y a un concept démontré en physique Quantique est que l’observateur influence ce qu’il expérimente. Et réciproquement l’expérience influencera l’observateur. Plus l’intensité de l’observation est grande plus le résultat sur ce qui se produit est importante (1998 Institut Wiezmann en Israël). Le physicien et mathématicien Hugh Everett de l’Université américaine de Princeton avait établi en 1957 un concept de mondes multiples sur la base de ponts Quantique permettant de passer d’une réalité à l’autre et selon laquelle l’attention focalisée de notre conscience crée la réalité. (5)

Sommes-nous notre cerveau ou seulement ce qu’il produit ?

Une équipe de chercheurs dirigé par Jimo Borjigin, de l'université du Michigan, a réalisé des expériences sur des rats en enregistrant leurs encéphalogrammes suite à un arrêt cardiaque provoqué par empoisonnement (ayant été anesthésié avant), en constatant dans un laps de temps de 30 secondes après l’arrêt du cœur un ralentissement normal de l'activité électrique du cerveau. Simultanément, ils ont observé une augmentation des fréquences cérébrales de type « gamma » comme celles mesurées par exemple chez des moines bouddhistes en grande méditation. Ces fréquences du cerveau produisent une acuité et une sensibilité visuelle accrue. Cette coïncidence permet de faire le parallèle avec les expériences de mort imminente relatées par des personnes ayant eu un arrêt cardiaque. (6)

Cet afflux est composé d’une douzaine de corticales neurochimique, comme la dopamine (associée au plaisir) et la noradrénaline (vigilance). Selon eux, le flot de ces hormones pourrait expliquer les sensations de bien être « extraordinaires » dont les témoignent personnes ayant eu des EMP. Cependant ce processus aurait tendance à endommager plus rapidement le cœur en produisant une fibrillation ventriculaire, mais lorsque la connexion du cerveau est coupé (moelle épinière) le cœur survit plus longtemps. (7)

Quelle vision de la mort nous apporte la nature ?

Pour l’éthnobotaniste et chercheur Romuald Leterrier a étudié pendant quinze ans les effets de l’Ayahusca auprès d’un chamane du Pérou. D'après les résultat de ses recherches, nous avons plusieurs types de consciences, une liée à notre corps physique et une autre extra-temporelle non matérielle. Comme le physicien Philippe Guillemant, il propose des boucles de rétro-cognition entre « futur » et « passé » qu’il renomme « nouveau futur » et « ancien futur ». Le temps n’étant qu’une notion linéaire de la physique mécanique, à l’image du serpent qui se mort la queue dans la symbolique des peuples premiers, réalité et rêve sont une même et unique chose. Ses expériences sous le puissant psychotrope lui ont permis de comparer ses visions avec celle de ses voisins, dont le résultat était une imbrication où les uns et les autres pouvant se croiser dans un même espace. Pour lui le réel, comme le rêve sont malléables, en allant aider à fabriquer le « nouveau futur » par des intentions on revient corriger « l’ancien futur » et ainsi de suite. La nuit notre cerveau gauche décroche (onde delta) et c’est sur un nouveau plan de conscience qu’il se place, celui de la conscience extra-temporelle. Une partie de nous est donc relié au « web cosmique » celui de l’univers des étoiles et au « cosmos endogène » celui de l’univers en nous. (8)

Où se trouve notre âme ?

Pour comprendre l’âme il faut la dissocier du « moi » c'est-à-dire de l’égo. L’âme est une perception du « soi », mais ce n’est pas nous dans notre intégralité. Pour nombre de peuple premiers, de chamanes ou de religions comme chez les hindous, l’âme est une conscience non terrestre et intemporelle. Si l’âme peut être ressentie comme une présence immatérielle, elle doit être une forme de conscience reliée à un champ d’informations « cosmiques » dits aussi
« Akashiques ». Paradoxalement nos sociétés modernes industrielles dématérialisent l’information et la connaissance. Ainsi grâce au réseau internet sur lequel n’importe quel individu peut se connecter via des « clouds » virtuels, mais qui tout de même sont matérialisés dans des serveurs informatiques. Si on coupe la source d’énergie qui les alimente, le « cloud » s’éteint et toutes les informations « hébergées » disparaissent aussi matériellement.

L’âme de l’énergie consciente ?

Les expériences quantiques sur des particules comme les photons ont montré qu’elles avaient une forme intelligente adaptative puisqu’elles pouvaient devenir malléables en auto-évoluant selon l’action. Mais qu’à contrario soumises à la physique mécanique elles se comportaient comme des corpuscules déterministes.

L’univers n’a jamais fait la démonstration d’une existence sans énergie, les lois dont il est issu étant toutes des formes énergétiques, source de mouvements, de cohésions et de transformations. Les programmes, ou les lois cachées du cosmos, sont peut-être des formes de consciences primaires qui colonisent l’espace et se développent sur un tissu d’énergie. Les chamanes parlent de l’esprit des plantes, des forêts, des animaux et des informations que tous possèdent, non en eux mais en lien à une mémoire collective cosmique. Si cette connaissance existe, il y a bien une forme supérieure évoluée dont nous venons aussi nous nourrir et enrichir nos connaissances pour évoluer.

L’âme serait donc une intelligence matérialisée et unique mais aux multiples visages puisque reliées à des sources multiples vivantes. L’illusion de voir un ancêtre, la vierge Marie ou le Christ dans une TCH ou une NDE, n’est elle qu’une projection archétypale de notre égo qui résiste jusqu’à la mort pour exister ? Sachant qu’il y a rétro-cognition, nous fabriquons notre futur, comme nous fabriquons nos intensions et nos désirs. Quand nous rencontrons un parent défunt par exemple, nous avons créé cette rencontre, et ce que nous percevons est un miroir de ce qu’il y a en nous et qui n’est pas libéré ni en paix. Quand il s’agit d’une entité, nous sommes connectés à d’autres consciences qui nous renvoient leurs images. Il n’y a pas d’existence du « moi » dans ces êtres, il n’y a que formes pensées et des messages informatifs.

Ceux qui cherchent l’existence de défunts comme s’ils étaient « en chair et en os » seront déçus, car ce qu’ils voient c’est eux, c’est l’empreinte du lien avec ce défunt et ce n’est pas leur âme. Les thérapies de l’âme visent à libérer le patient, dans son inconscient énergétique, de l’entrave de la matérialisation du « moi » à cette mémoire du passé. En libérant du lien quel qu’il soit, on s’allège pour revenir à l’essentiel, c'est à dire « Être ».

L’âme individuelle n’existe qu’à travers sa matérialisation, mais ce n’est qu’une partie d’une intelligence plus vaste et unique dont on peut donner le nom qu’il nous plaira, la plus envisageable est
« Esprit ».

Que montrent les spectres énergétiques par l’imagerie quantique ?

Les travaux du chercheur Suisse Stéphane Cardinaux avec l’utilisation de machines quantique (GDV "
Gaz Discharge Visualisation" et LVA "Life Vibration Analyser") de détection de vibrations électrophotoniques, ont montré que l’être humain était un empilement de corps énergétiques superposés tels des « poupées Russe ». Ces champs vibratoires correspondent au corps physique, mais aussi aux champs éthérique,  émotionnel (ou astral) et mental, causal et spirituel. Pour lui, il faut considérer chaque corps énergétique comme un outil de perception d’une partie de la vaste réalité, cette perception étant une probabilité d’accéder à une information. Il défini le corps physique comme un champ cellulaire électromagnétique, lui même support de l’information (onde photonique), portant sa mémoire transgénérationnelle et personnelle dans son ADN, vaisseau de l’âme. Celle-ci, située aux niveaux éthérique astral et mental, est le relais l’esprit de « l’esprit » qui lui vit dans un « au-delà », l’univers du causal spirituel et divin. L’âme est un ensemble d’ondes de forme (nutrinos) dont la mémoire est contenue dans l’eau intracellulaire et contient les informations liées aux pensées et aux émotions. Les mémoires Akashique de l’univers sont contenues dans la lumière, et font partie avec la part immortelle de l’âme, « l’Esprit ». A la mort le corps physique et ce qu’il produit, les émotions et le mental, disparaissent. Seule une partie de l’âme survie emportant avec elle les mémoires de ses transcendances du karma qu’elle portait (mémoire antérieures d’une autre vie). C’est aussi ce que proposent certaines traditions Védiques notamment. Il apparait logique, que les expérienceurs d’EMP avec le fameux tunnel de lumière et les « esprits » qui les accueillent au bout. Les expériences de terrain sur des lieux « sacrés » chargés de mémoires astrales ou ses mesures vibratoires à l’invocation de grands « esprits » guides comme certains Saints, sont assez remarquable. Stéphane Cardinaux et Catherine Martin écrivent dans leur livre intitulé « Science et conscience de l’invisible » : « l’action des entités supraterrestre est mesurable par des machines quantiques, non seulement dans l’aura d’une personne mais aussi dans l’énergie d’un lieu. Chaque entité spirituelle a une action spécifique selon ses qualités vibratoire. Nous pouvons faire appel à elles pour retrouver un alignement énergétique. » (9)

Une vie après la vie ?

Tout cela concorde avec une « vie après la vie », à une certaine continuité divine et énergétique, une forme d’intelligence invisible du monde des « esprits ». L’Univers, la vie ne peut pas être aussi complexe, sans des entités dotées d’un pouvoir sur la matière, le temps et l’esprit. L’organisation, la cohérence, les lois physiques ne peuvent exister sans un niveau de connaissance et de maîtrise parfaite, et dont l’humain n’est pas du tout capable de réaliser. L’humain peut observer, ressentir, copier, utiliser, mais il n’a pas la capacité de créer toute la complexité et la cohérence de la vie et de l’univers.

Vivre notre vie terrestre, c’est avancer vers la lumière qui permet de transcender ses fondements pour aspirer à une vie plus épanouie, plus en paix, plus en harmonie avec son environnement et les autres êtres vivants de cette planète. Continuer à jouer le jeu de l’égo, de l’égocentrisme et de l’égoïsme, conduit notre civilisation au chaos, à la destruction et à la souffrance. Si nous nous éloignons de nos schéma mentaux limitants, de nos souffrances émotionnelles et traumatiques, nous pouvons accéder à toute la richesse de la vie, qui se suffit à elle-même.

 

L’amour, qui est l'essence du vivant, est la seule voie de l'évolution spirituelle. L'amour est aussi la clef de la connaissance universelle et de la création du monde.

Alors avant de se préoccuper d’une vie après la mort, occupons nous de vivre cette vie miraculeuse, unique, puissante et forte chaque jour comme un cadeau irremplaçable et unique sur notre belle planète Terre.

 

Dans le même esprit, je relate dans un autre article mon expérience sur un atelier de THC (Trans Communication Hypnotique) du Dr Jean-Jacques Charbonier (livre "Contacter nos défunts par l'hypnose"), dont le lien est ici "TCH ou Trans Communication Hypnotique du Dr Jean-Jacques Charbonier".

 

Références :
(1) http://www.paranormal-info.com/Preuves-medicales-des-NDE.html

(2) https://francais.medscape.com/voirarticle/3601009#vp_2

(3) https://www.quebecscience.qc.ca/sante/voyage-au-crepuscule-de-la-mort/

(4) https://www.huffpostmaghreb.com/entry/dr-jean-jacques-charbonier-une-experience-a-change-ma-vie-et-ma-comprehension-de-la-mort_mg_5b24e8cde4b0783ae1297b1b

(5) https://fr.wikibooks.org/wiki/Théorie_quantique_de_l'observation

(6) https://www.pnas.org/content/early/2015/04/02/1423936112

(7) http://www.lefigaro.fr/sciences/2013/08/13/01008-20130813ARTFIG00401-l-etonnante-activite-du-cerveau-juste-apres-la-mort.php

(8) https://youtu.be/eta4J0dnPmM

(9) https://www.geniedulieu.ch/medias/livres

 

Mes soins énergétiques et accompagnements personnalisés : plus d'informations ici

 

- Jérôme Rochelle -
Thérapeute - Conférencier - Auteur
Energétique Traditionnelle Chinoise & Bioénergie
Reliances en Nature & Développement Personnel


L'Esprit du Jaguar Editions ®
Copyright ©️ 2019 / Jérôme Rochelle et L'Esprit du Jaguar Editions ® / Reproduction interdite sans accord de l'auteur

 

A lire aussi d'autres articles sur mon blog dans les rubriques suivantes: